Pyrénées 3000 (massif Monte Perdido Gavarnie)

 
 

  

Le Taillon

* 14 juillet 1993 Le Taillon (3144 m.), depuis la bordure de la route D 923 près du Port de Boucharo (2250 m.) au Sud-Ouest de Gavarnie, pour passer au Port de Boucharo (2270 m.) et ensuite continuer direction Est sur le sentier qui traverse presque horizontalement le flanc Nord du Taillon, pour remonter direction générale Nord-Est et traverser le torrent issu du glacier du Taillon, passer au col des Sarradets (2589 m.), au refuge des Sarradets ou de la Brèche de Roland (2587 m.), monter au Sud vers la Brèche pour ensuite prendre pied sur le glacier de la Brèche (2721 m.), le remonter pour franchir la Brèche de Roland (2807 m.) et suivre à l'Ouest la base des falaises Sud du versant espagnol pour passer à la Fausse Brèche (2909 m.), contourner le Doigt à droite par sa base Nord, et remonter Ouest-Nord-Ouest puis Ouest jusqu'au sommet. Retour par le même itinéraire.

Laissant une partie de la famille dans le cirque de Gavarnie, avec Sandrine, Nicolas et Bruno nous décidons de sortir du crotin des mules pour nous rendre vers la Brèche de Roland. J'avais quatre paires de crampons dans le coffre de la voiture, que nous utiliserons à partir de 2400 mètres jusqu'à la Brèche de Roland. Parvenus à leur but, ils décidèrent de m'attendre sous la Brèche de Roland et je continuais seul en franchissant de nombreux névés pour atteindre le sommet du Taillon d'où je découvris un somptueux panorama sous un soleil de feu mais pas d'artifice. 900 mètres de dénivelé positif et autant de négatif en un peu moins de 6 heures.

Le passage de la cascade issue du glacier du Taillon était encore bien enneigé et il y avait également de la glace qui recouvrait la roche sous l'eau.

Carte IGN 1:25000 Gavarnie Luz-Saint-Sauveur Parc National des Pyrénées 1748 OT.

Même si pour certains l'ascension du Taillon, par sa voie normale, est considérée comme l'ascension la plus facile d'un sommet de plus de 3000 mètres dans les Pyrénées, il ne faut pas la prendre à la légère. Le franchissement du torrent issu du glacier du Taillon malgré l'installation d'une chaîne peut s'avérer délicat, lorsqu'il y a de la neige à cause des ponts de neige qui peuvent céder et sans neige lorsqu'une pellicule de glace invisible à l'oeil recouvre la roche sous l'eau. Le premier ressaut au-dessus et au Sud-Ouest du refuge des Sarradets ou de la Brèche de Roland se remonte soit en suivant au Sud-Sud-Est la raide langue d'éboulis croulants à gauche de la pente souvent recouverte de neige soit en faisant un grand zigzag d'abord de gauche à droite sur cette pente souvent recouverte de neige. Le glacier de la Brèche peut, lors des années de faible enneigement ou en fin de saison septembre-octobre, être à vif. Lorsqu'on longe la base des falaises du versant Sud espagnol, à l'Ouest de la Brèche de Roland, faire attention aux stalactites et aux pierres qui peuvent se détacher au-dessus.

Passage sous la face Nord du Taillon  Sur le névé au-dessus du refuge de la Brèche de Roland, sous la Brèche

La Brèche de Roland et son glacier  Sur le versant espagnol de la Brèche de Roland, le Casque tel un sous-marin jaillissant des fonds marins

Le Doigt de la fausse Brèche  Du sommet du Taillon, le Vignemale

Du sommet du Taillon, Vignemale, Ardiden et lac des Espécières  Du sommet du Taillon, Pimené, Néouvielle et Pic Long

Du sommet du Taillon, Tobacor et falaises d'Ordesa  Du sommet du Taillon, les pics des Gabiètous

Du sommet du Taillon, Marboré et Monte Perdido


 

Le Monte Perdido et la Tour du Marboré

* 6 septembre 1996 ascension du Mont Perdu ou Monte Perdido (3355 mètres) depuis l'aire de stationnement du col de Tentes (2208 m.) en bordure de la route D 923 au Sud-Ouest de Gavarnie, en suivant au Sud-Ouest la route qui se termine au Port de Boucharo (2270 m.), pour ensuite continuer direction Est sur le sentier qui traverse presque horizontalement le flanc Nord du Taillon, pour remonter direction générale Nord-Est et traverser le torrent issu du glacier du Taillon, passer au col des Sarradets (2589 m.), au refuge des Sarradets ou de la Brèche de Roland (2587 m.), monter au Sud vers la Brèche pour ensuite prendre pied sur le glacier de la Brèche (2721 m.), le remonter pour franchir la Brèche de Roland (2807 m.) et longer en descente Sud-Est la base des falaises Sud du versant espagnol pour passer en légère montée le Paso de los Sarrios ou Pas des Isards, puis au-dessus du Cuello de los Sarrios ou col des Isards (2749 mètres), continuer la montée Est-Nord-Est vers le cirque entre le Casque et la Tour pour ensuite suivre direction Est la vire qui longe les falaises de la Tour pour continuer sur la Terrasse Inférieure, remonter une cheminée (celle de gauche) pour accéder à la Terrasse Supérieure (2825 m.) afin de la suivre en traversée Est et en légère montée pour passer au Collado de la Cascada ou col de la Cascade (2931 mètres), descendre Est en traversant l'Aven du Marboré pour arriver au Sud du pic du Marboré et y remonter une petite muraille afin de suivre vers le Sud-Est et l'Est une nouvelle terrasse qui contourne par le Sud le Cilindro del Marbore et son Piton S W, pour descendre au Pequeno Lago Helado (2980 mètres) et remonter au Sud-Est jusqu'au sommet du Monte Perdido (3355 mètres). Retour par le mème itinéraire et après le col de la Cascade (2931 mètres) en suivant la crête à l'Ouest, passage par le sommet de la Tour du Marboré (3009 mètres).

Parti avec Marcel à 5 h.40 et les lampes du col de Tentes (2208 mètres), nous passons à 7 h.30 devant le refuge des Sarradets qui se réveille caressé par les premières lumières du jour qui ont remplacé celles de nos lampes. Nous remontons le glacier de la Brèche, recouvert de neige durcie, sans crampons mais avec le piolet pour parvenir à la Brèche de Roland (2807 mètres) où nous doublons un randonneur qui s'enlève les crampons (il se rend au Casque du Marboré car la météo a prévu que le grand beau temps du matin devait changer en début d'après-midi, il n'en sera rien heureusement). Le passage aérien du Pas des Isards est équipé d'un cable d'acier. Nous quittons la large corniche ou terrasse inférieure en escaladant facilement une cheminée qui nous mène sur la terrasse supérieure, il est 9 h. 30. Plus loin, sur l'Aven du Marboré encore enneigé, nous croisons deux randonneurs espagnols venant de Goriz. Sur le sentier qui file presque horizontalement sur la terrasse (3000 mètres) qui contourne par le Sud le Cilindro (Cylindre du Marboré) nous croisons un groupe d'une trentaine de militaires français venant du Monte Perdido après avoir passé la nuit au refuge de Goriz. Au Pequeno Lago Helado ou étang Glacé (2980 mètres) on rejoint l'itinéraire venant du refugio de Goriz et de nombreux randonneurs dont deux biarrots (Koldo et Vincent) qui m'accompagneront jusqu'au sommet du Monte Perdido. Koldo anime le groupe de danseurs Oldarra Pimpirinak de Biarritz dont fait partie ma nièce Mélanie. Arrivée au sommet du Monte Perdido (3355 mètres) ou Mont Perdu pour les français, il est 12 heures 45 et il y a foule pour bénéficier d'un magnifique panorama et d'une vue imprenable (sauf par les nuages) sur les Pyrénées. Retour au col de Tentes à 19 h. 05 après 1500 mètres de dénivelé positif et autant de négatif.

Carte IGN 1:25000 Gavarnie Luz-Saint-Sauveur Parc National des Pyrénées 1748 OT.

 

La Brèche de Roland et son glacier  Le Pas des Isards

Du sommet du Monte Perdido, le Cilindro

Du sommet du Monte Perdido 3355 m, le Soum de Ramond  Du sommet du Monte Perdido, la vallée d'Ordesa

Du sommet du Monte Perdido, le Vignemale, le Cilindro et le lago Helado

Du sommet du Monte Perdido, lac Glacé et Brèche de Tuquerouye

De la Tour du Marboré, Marboré et Monte Perdido  De la Tour 3009 m, vue plongeante sur la vallée et le village de Gavarnie

Avec Marcel nous avions tenté l'ascension du Monte Perdido les 18 et 19 septembre 1993. Après avoir passé la nuit dans la grotte des Isards, dans la brume, nous raterons le passage clé (cheminée avec petite escalade facile) qui permet de passer de la terrasse inférieure à la terrasse supérieure qui aboutit au col de la Cascade. Plusieurs groupes de randonneurs ont fait le même "raté" et plus loin le mauvais temps nous fit faire demi-tour à hauteur del Fraile (2820 mètres). Au retour nous avons attendu un randonneur toulousain pour l'aider à franchir le Pas des Isards qu'il appréhendait. Il avait signalé à ses proches qu'il allait vers le Taillon alors qu'il avait décidé de changer son itinéraire en parvenant à la Brèche de Roland. Chose à éviter, mais il est vrai que parfois, le temps ou l'attrait d'un sommet plus réputé qui se trouve à proximité font que l'itinéraire initial n'est pas respecté.

Les cheminées d'accès au col de la Cascade

L'aérien Pas des Isards, sous le col des Isards  Retour à la Brèche de Roland

Retour sur le versant français de la Brèche de Roland et son glacier à vif


 

Le Monte Perdido

* 15 septembre 1997 depuis l'aire de stationnement Area de Servicios d'Ordesa (1300 mètres) au-dessus de Torla, en suivant la piste balisée du GR 11 direction Est-Sud-Est pour longer la rive droite du rio Arazas, passer près du Refugio (refuge) de la Cadiera, près de la Cascada del Estrecho, puis direction générale Est pour passer près des Gradas de Soaso, infléchir Est-Nord-Est en allant au fond du Circo de Soaso pour aller y traverser le Puente (passerelle) de Soaso tout près de la Cascada Cola de Caballo (cascade Queue de Cheval), remonter en lacets direction générale Est pour ensuite suivre une direction générale Nord et passer au Refugio de Goriz ou Delgado Ubeda (2160 mètres), continuer l'ascension Nord-Nord-Est au-dessus de la rive gauche du Barranco de Goriz jusqu'à un abri sous roche (2575 mètres) au pied des falaises Sud-Ouest de la Punta de las Escaleras.
* 16 septembre 1997, depuis l'abri sous roche, poursuite de la remontée Nord-Nord-Est puis direction générale Nord au-dessus de la rive gauche du Barranco de Goriz pour parvenir au Pequeno Lago Helado (2980 mètres) et remonter au Sud-Est tout d'abord sur la croupe qui borde la droite de la combe, puis en zigzags sur les éboulis pour terminer l'ascension au sommet du Monte Perdido (3355 mètres), retour par le même itinéraire au Refugio de Goriz puis, sans descendre le ressaut qui va au fond du Circo de Soaso, continuer en courbe direction générale Ouest sur le sentier de la Faja de Pelay (qui court à mi-hauteur dans les falaises de la Sierra de las Cutas) pour arriver au Refugio Mirador de Calcilarruego (1949 mètres).
* 17 septembre 1997, du Refugio Mirador de Calcilarruego, descente au Nord des nombreus lacets de la Senda de los Casadores (sentier des Chasseurs) pour aller traverser le pont qui enjambe le rio Arazas et retrouver le point de départ.

Lundi 15, avec Marcel, lourdement chargés nous quittons l'aire de stationnement d'Ordesa à 10 h. 30 pour remonter la vallée en longeant la rive droite du rio Arazas. Passage à la capila virgen del Pilar (vierge del Pilar), aux cascades del Abanico et del Estrecho, aux Gradas de Soaso, au circo de Soaso, à la superbe cascade Cola de Caballo (Queue de Cheval) et au refugio Delgado Ubeda ou refugio de Goriz (2160 mètres). D'une capacité de 103 places il est complet. Nous avons du continuer à grimper pour trouver à 18 h. de quoi nous abriter et passer la première nuit (du 15 au 16) dans un abri sous roche à 2575 mètres. 16 septembre, repartis à 7 h. 30, à 10 h. nous arrivons au sommet du Monte Perdido (3355 mètres) où la vue est bouchée par les nuages, il n'y avait personne et on ne voyait que la borne géodésique en béton où le chiffre 3355 y est peint en rouge. Au retour nous ferons une halte de 15 h. à 15 h. 30 au refugio de Goriz pour ensuite aller chercher le sentier de la Faja de Pelay à 16 h. 30. Après un parcours en balcon au-dessus de la vallée d'Ordesa, où nous rencontrons deux isards, nous arrivons au refugio mirador de Calcilarruego (1949 mètres) à 19 heures. Entre 20 h. 15 et 21 h. 18, le ciel trop nuageux n'a pu nous faire voir la dernière grande éclipse du siècle (éclipse de lune colorée en rouge brique par l'ombre de la terre). Nous passerons la nuit du 16 au 17 dans le refugio mirador. Le mercredi 17, après être partis à 7 h. 30, nous avalerons la descente de la senda de los Casadores (sentier des Chasseurs) pour retrouver la voiture à 9 h. 30 après un superbe séjour dans cette magnifique vallée d'Ordesa.

Carte Editorial Alpina 1:40000 Ordesa y Monte Perdido Parque Nacional.

La Capila Virgen del Pilar devant le Monte Arruebo  Les Gradas de Soaso

Passage devant la cascade Cola de Caballo (Queue de Cheval)  La vallée de Ordesa que nous venons de traverser

Passage avec halte au Pequeno Lago Helado 2980 m

Du Pequeno Lago Helado, le couloir à remonter pour parvenir au sommet du Monte Perdido  Le Cilindro et le lago Helado

Sommet du Monte Perdido dans les nuages

Retour au refugio de Goriz  Le sentier de la Faja de Pelay que nous avons emprunté pour le retour

Isards au-dessus de la Faja de Pelay


 

Le Casque du Marboré

* 26 juillet 2000 ascension du Casque du Marboré (3006 mètres) depuis l'aire de stationnement du col de Tentes (2208 m.) en bordure de la route D 923 au Sud-Ouest de Gavarnie, en suivant au Sud-Ouest la route qui se termine au Port de Boucharo (2270 m.), pour ensuite continuer direction Est sur le sentier qui traverse presque horizontalement le flanc Nord du Taillon, pour remonter direction générale Nord-Est et traverser le torrent issu du glacier du Taillon, passer au col des Sarradets (2589 m.), au refuge des Sarradets ou de la Brèche de Roland (2587 m.), monter au Sud vers la Brèche pour ensuite prendre pied sur le glacier de la Brèche (2721 m.), le remonter pour franchir la Brèche de Roland (2807 m.) et longer en descente Sud-Est la base des falaises Sud du versant espagnol pour passer en légère montée le Paso de los Sarrios ou Pas des Isards, puis au-dessus du Cuello de los Sarrios ou col des Isards (2749 mètres), continuer la montée Est-Nord-Est vers le cirque entre le Casque et la Tour pour y bifurquer direction Nord puis longer une zone d'éboulis direction Nord-Ouest afin d'aller chercher la crête Sud du Casque et la remonter jusqu'au sommet.

Il est 6 h. lorsque je quitte le col de Tentes. sous le col des Sarradets, une chaîne a été fixée dans la roche pour aider à traverser le torrent issu du glacier du Taillon mais il est plus facile de traverser le torrent au-dessous de la chaîne, à l'horizontale. Le cable en acier qui sécurisait le passage aérien du Pas des Isards a été remplacé par une chaîne en acier (une chaîne de montagne). Au-dessus du col des Isards, deux spéléos fouillent les névés à la recherche de l'entrée d'une grotte. Après 1050 mètres de dénivelé positif, arrivée au sommet du Casque atteint après une courte escalade facile. Il y avait un vacancier avec ses deux fils, qui attendaient de brèves trouées à travers les nuages, ils lambinaient sur la crête frontière. Au retour, au-dessus du col des Isards, J'ai du mettre les crampons et utiliser le piolet pour franchir un névé incliné en passant sur une bande de neige dure large d'une vingtaine de centimètres qui ne touchait pas la paroi verticale. Un peu plus loin, je croise un retraité qui allait vers le Monte Perdido qu'il venait de gravir il y a une dizaine de jours par la Brèche de Tuquerouye dont le couloir Nord était déneigé. De retour à 13 h. 50 au col de Tentes, le parking vide le matin était saturé de voitures, tout comme plus bas les aires de stationnements du village de Gavarnie où avait lieu le festival. Un lieu d'asile pour un monde fou.

Carte IGN 1:25000 Gavarnie Luz-Saint-Sauveur Parc National des Pyrénées 1748 OT.

Du sommet du Casque du Marboré, la Brèche de Roland

Du sommet du Casque du Marboré, la vallée d'Ordesa


 

Le Grand Astazou

* 27 août 2002 ascension du Grand Astazou (3071 mètres) depuis l'aire de stationnement du barrage des Gloriettes (1668 mètres) au terme de la route D 176 à Gèdre, en allant traverser le barrage pour longer vers le Sud la rive gauche du lac des Gloriettes, remonter la vallée du gave d'Estaubé pour s'élever direction générale Sud-Sud-Ouest, laisser filer à droite Nord-Ouest l'itinéraire de la Hourquette d'Alans (2180 mètres), et continuer direction Sud-Est, pour ensuite laisser filer Est-Sud-Est l'itinéraire du Port Neuf de Pinède (2230 mètres) et remonter direction générale Sud-Sud-Est afin de passer au Nord de la borne de Tuquerouye (2431 mètres), remonter au Sud le couloir de Tuquerouye pour arriver au refuge et à la Brèche de Tuquerouye (2666 mètres), basculer au Sud versant espagnol en descendant vers le lac Glacé de Tuquerouye pour suivre à l'Est une vire au Nord et au-dessus du lac Glacé (2620 mètres), remonter Est-Nord-Est le vallon suspendu et aller chercher le col Swan (2964 mètres) pour y suivre à droite Est la crête qui mène au sommet. Retour par le même itinéraire.

Parti seul à 8 h45, j'ai croisé 3 randonneurs qui rebroussaient chemin à hauteur du refuge de Tuquerouye. Ils abandonnaient leur destination initiale qui était le Grand Astazou car, de la Brèche de Tuquerouye prise par les nuages, on ne voyait pas le lac Glacé situé 74 mètres plus bas. L'orage et le grésil m'accompagneront du col Swan jusqu'au sommet où, à 14 heures il commencera à neiger. Le tonnerre grondait et on voyait des éclairs sur le Marboré. De retour à 15 h30 au refuge de Tuquerouye, vide le matin, il était bien rempli par des anglais et des français. A la borne de Tuquerouye, j'ai croisé 3 espagnols qui montaient au refuge, le lendemain ils allaient gravir le Marboré sans crampons et sans corde... Dans les pâturages d'Estaubé, il y avait un taurillon au milieu des vaches. Retour à la voiture à 18 h30 avec 1600 mètres de dénivelé positif et autant de négatif dans les jambes.

Carte IGN 1:25000 Gavarnie Luz-Saint-Sauveur Parc National des Pyrénées 1748 OT.

Du barrage des Gloriettes, la vallée d Estaubé  Le refuge en haut du couloir de Tuquerouye

Passage au-dessus du lac Glacé du Marboré 2592 m  Du col Swan, le Petit Astazou

De la crête du Grand Astazou, le plateau de Pailla  Sommet du Grand Astazou

Retour vers le gave d Estaubé et ses belles couleurs, le plancher des vaches


 

Le pic du Marboré et les pics de la Cascade

* 13 septembre 2002 depuis l'aire de stationnement du col de Tentes (2208 m.) en bordure de la route D 923 au Sud-Ouest de Gavarnie, en suivant au Sud-Ouest la route qui se termine au Port de Boucharo (2270 m.), pour ensuite continuer direction Est sur le sentier qui traverse presque horizontalement le flanc Nord du Taillon, pour remonter direction générale Nord-Est et traverser le torrent issu du glacier du Taillon, passer au col des Sarradets (2589 m.), au refuge des Sarradets ou de la Brèche de Roland (2587 m.), monter au Sud vers la Brèche pour ensuite prendre pied sur le glacier de la Brèche (2721 m.), le remonter pour franchir la Brèche de Roland (2807 m.) et longer en descente Sud-Est la base des falaises Sud du versant espagnol pour passer en légère montée le Paso de los Sarrios ou Pas des Isards, puis au-dessus du Cuello de los Sarrios ou col des Isards (2749 mètres), continuer la montée Est-Nord-Est vers le cirque entre le Casque et la Tour pour ensuite suivre direction Est la vire qui longe les falaises de la Tour pour continuer sur la Terrasse Inférieure, remonter une cheminée (celle de gauche) pour accéder à la Terrasse Supérieure (2825 m.) afin de la suivre en traversée Est et en légère montée pour passer au Collado de la Cascada ou col de la Cascade (2931 mètres), descendre Est en traversant l'Aven du Marboré pour arriver au Sud du pic du Marboré et y remonter une petite muraille pour aller direction générale Nord-Ouest réaliser l'ascension du pic Occidental de la Cascade (3095 mètres), puis en suivant la crête au Nord-Est celle du pic Central de la Cascade ou pic Brulle (3106 mètres), du pic Oriental de la Cascade (3161 mètres) et du pic du Marboré (3248 mètres). Retour en descendant direction générale Sud pour retrouver l'itinéraire de montée à la cheminée qui ramène à l'Aven du Marboré.

Ce vendredi, en hommage à mon "petit" frère Raymond, Ramuncho, emporté dans un autre monde 9 jours avant par une cruelle maladie (cancer), j'arrive "en sa compagnie" à 13 h. 15 au sommet du pic du Marboré (3248 mètres) surmonté d'une tour de pierres ocres. Le versant espagnol était envahi de nuages alors que sur le versant français c'était le grand beau temps. J'étais parti du col de Tentes à 7 h. pour passer sur le glacier de la Brèche encore dur, sans crampons mais avec le piolet, au col des Isards (il y en avait deux) et par les trois pics de la Cascade, un symbole car le pauvre Ramuncho, les tuiles lui sont tombées dessus en cascade. Au retour, j'assisterai un randonneur bordelais qui revenait du Monte Perdido et qui appréhendait le passage de désescalade sous le col de la Cascade. Retour à la voiture à 18 h. avec 1700 mètres de dénivelé positif et autant de négatif.

Carte IGN 1:25000 Gavarnie Luz-Saint-Sauveur Parc National des Pyrénées 1748 OT.

Du refuge des Sarradets, le Marboré et les pics de la Cascade

Du col de la Cascade 2931 m, Astazou, Marboré et pics de la Cascade  Sommet du pic Occidental de la Cascade

Sommet du pic Central de la Cascade  Du sommet du pic Oriental de la Cascade, le Taillon

Du pic Oriental de la Cascade (3161 m), pic Brulle, pic Occidental et Epaule  Du sommet du pic du Marboré 3248 m, le Cilindro (Cylindre)

Sommet du pic du Marboré

Du pic du Marboré (3248 m) le haut du cirque de Gavarnie, Taillon et Vignemale


 

Le Taillon et les pics des Gabiètous

* 6 septembre 2003, depuis l'aire de stationnement du col de Tentes (2208 m.) en bordure de la route D 923 au Sud-Ouest de Gavarnie, en suivant au Sud-Ouest la route qui se termine au Port de Boucharo (2270 m.), pour ensuite continuer direction Est sur le sentier qui traverse presque horizontalement le flanc Nord du Taillon, pour remonter direction générale Nord-Est et traverser le torrent issu du glacier du Taillon, passer au col des Sarradets (2589 m.), au refuge des Sarradets ou de la Brèche de Roland (2587 m.), monter au Sud vers la Brèche pour ensuite prendre pied sur le glacier de la Brèche (2721 m.), le remonter pour franchir la Brèche de Roland (2807 m.) et suivre à l'Ouest la base des falaises Sud du versant espagnol pour passer à la Fausse Brèche (2909 m.) (entre la Pointe Bazillac et le Doigt), contourner le Doigt à droite par sa base Nord, et remonter Ouest-Nord-Ouest puis Ouest jusqu'au sommet du Taillon (3144 m.), descendre en longeant la crête vers le Sud-Ouest jusqu'à la cote 3101puis Sud jusqu'au collado Blanco (2836 mètres) pour basculer en descendant à l'Ouest dans le circo de Gabieto (2700 mètres) et remonter au Nord pour faire l'ascension du pico de Gabieto Occidental (3034 mètres) puis en suivant la crête au Nord-Est passer au sommet du pic des Gabiètous Oriental (3031 mètres), descendre au Sud-Est au col des Gabiètous (2935 mètres), pour remonter toujours Sud-Est, à flanc du Taillon, retrouver la crête Sud du Taillon et la remonter au Nord jusqu'à la cote 3101 puis au Nord-Est avec nouveau passage au sommet du Taillon (3144 mètres) pour y suivre l'itinéraire de montée jusqu'au col de Tentes.

Il est 6 h. lorsque je quitte l'aire de stationnement du col de Tentes et le ciel est peuplé d'innombrables étoiles. A mon passage au refuge des Sarradets le soleil est bien présent (deux jours plus tôt le 4 septembre 2003, parti pour aller vers le Taillon et les Gabiètous, le temps épouvantable qui m'accompagnait depuis le départ, pluie, orage, tonnerre et éclairs, m'avait contraint à faire demi-tour après une halte de 1 h. 30 au refuge des Sarradets d'où on ne voyait pas à plus de 50 mètres). Cent mètres sous le sommet du Taillon ce dernier commence à s'envelopper dans une écharpe de nuages, et lorsque j'arrive au cairn sommital, le panorama est bouché, comme il le sera lors de mon repassage au retour. Ensuite je suis descendu trop bas sur la crête ce qui m'a obligé à descendre dans le circo espagnol de Gabieto. Au sommet du pico de Gabieto Occidental et au sommet du pic des Gabiètous Oriental j'ai droit au même temps bouché avec quelques rares trouées. Au retour, alors que jusque là je n'avais rencontré personne, à partir du sommet du Taillon et durant toute la descente jusqu'au col de Tentes il y avait presque bousculade à tel point qu'au passage du torrent issu du glacier du Taillon, en voulant doubler un randonneur arrêté, j'ai fait une petite chute. Lors de cette rapide descente j'ai du dépasser une quarantaine de randonneurs pour arriver à la voiture à 15 h. 30. Ma descente dans le circo de Gabieto a fait que le dénivelé normal de 1500 mètres a été porté à 1700 mètres et l'horaire normal augmenté de 1 heure.

Carte IGN 1:25000 Gavarnie Luz-Saint-Sauveur Parc National des Pyrénées 1748 OT et carte Editorial Alpina 1:40000 Ordesa y Monte Perdido.

Sommet du Taillon  Le sommet du pico de Gabieto Occidental 3034 m, dans les nuages

Sommet du pico de Gabieto Occidental  Sommet du pic des Gabiètous Oriental

De la crête des Gabiètous, le glacier des Gabiètous


 

L'Epaule du Marboré, le pic Occidental de la Cascade et la Tour du Marboré

* 27 août 2004, depuis l'aire de stationnement du col de Tentes (2208 m.) en bordure de la route D 923 au Sud-Ouest de Gavarnie, en suivant au Sud-Ouest la route qui se termine au Port de Boucharo (2270 m.), pour ensuite continuer direction Est sur le sentier qui traverse presque horizontalement le flanc Nord du Taillon, pour remonter direction générale Nord-Est et traverser le torrent issu du glacier du Taillon, passer au col des Sarradets (2589 m.), au refuge des Sarradets ou de la Brèche de Roland (2587 m.), monter au Sud vers la Brèche pour ensuite prendre pied sur le glacier de la Brèche (2721 m.), le remonter pour franchir la Brèche de Roland (2807 m.) et longer en descente Sud-Est la base des falaises Sud du versant espagnol pour passer en légère montée le Paso de los Sarrios ou Pas des Isards, puis au-dessus du Cuello de los Sarrios ou col des Isards (2749 mètres), continuer la montée Est-Nord-Est vers le cirque entre le Casque et la Tour pour ensuite suivre direction Est la vire qui longe les falaises de la Tour pour continuer sur la Terrasse Inférieure, remonter une cheminée (celle de gauche) pour accéder à la Terrasse Supérieure (2825 m.) afin de la suivre en traversée Est et en légère montée pour passer au Collado de la Cascada ou col de la Cascade (2931 mètres), descendre Est en traversant l'Aven du Marboré pour arriver au Sud du pic du Marboré et y remonter une petite muraille pour aller direction générale Ouest-Nord-Ouest faire l'ascension de l'Epaule du Marboré (3073 mètres), suivre la crête au Nord-Est pour passer au sommet du pic Occidental de la Cascade (3095 mètres), retour au col de la Cascade (2931 mètres) pour y suivre la crête à l'Ouest et passer au sommet de la Tour du Marboré (3009 mètres) pour ensuite revenir par le col des Isards et l'itinéraire de montée

Ce vendredi, je quittais l'aire de stationnement du col de Tentes à 7 heures. A 12 h15 je posais les pieds au sommet de l'Epaule du Marboré et après être passé au pic Occidental de la Cascade, en repassant par le col de la Cascade j'étais au sommet de la Tour du Marboré à 15 h15. Il y avait un randonneur anglais qui avait pris possession du sommet avec son appareil photo. C'était la dixième fois qu'il y grimpait et il cherchait à descendre par l'Ouest vers la balise du Parc National qu'il avait repéré sur la crête frontière. La remontée du Pas des Isards à la Brèche de Roland fut dure, 5 randonneurs m'y ont doublé, ce n'était pas dans mes habitudes. On ne peut pas être tous les jours au top et pourtant le dénivelé positif n'était que de 1300 mètres... Retour à la voiture à 19 heures!

Carte IGN 1:25000 Gavarnie Luz-Saint-Sauveur Parc National des Pyrénées 1748 OT.

Du sommet de l'Epaule du Marboré, le Taillon  De l Epaule du Marboré 3073 m, la Tour, le Casque et le Taillon

Du sommet de l'Epaule du Marboré, le Marboré  Du sommet du pic Occidental de la Cascade, le pic Central ou pic Brulle

Du pic Occidental de la Cascade 3095 m, la Tour, le Casque et le Taillon  Retour au col de la Cascade 2931 m, la Tour est en vue

Arrivée au sommet de la Tour du Marboré 3009 m, Cilindro et Monte Perdido dans le dos

Du sommet de la Tour du Marboré, Marboré, Cilindro et Monte Perdido  Du sommet de la Tour, les pics Astazou et le haut de la Grande Cascade


 

Le Petit Astazou

* 9 septembre 2004 ascension du Petit Astazou (3012 mètres) depuis l'aire de stationnement du barrage des Gloriettes (1668 mètres) au terme de la route D 176 à Gèdre, en allant traverser le barrage pour longer vers le Sud la rive gauche du lac des Gloriettes, remonter la vallée du gave d'Estaubé pour s'élever direction générale Sud-Sud-Ouest, laisser filer à droite Nord-Ouest l'itinéraire de la Hourquette d'Alans (2180 mètres), et continuer direction Sud-Est, pour ensuite laisser filer Est-Sud-Est l'itinéraire du Port Neuf de Pinède (2230 mètres) et remonter direction générale Sud-Sud-Est afin de passer au Nord de la borne de Tuquerouye (2431 mètres), remonter au Sud le couloir de Tuquerouye pour arriver au refuge et à la Brèche de Tuquerouye (2666 mètres), basculer au Sud versant espagnol en descendant vers le lac Glacé de Tuquerouye pour suivre à l'Est une vire au Nord et au-dessus du lac Glacé (2620 mètres), remonter Est-Nord-Est le vallon suspendu et aller chercher le col Swan (2964 mètres) pour y suivre direction Ouest la crête qui mène au sommet. Retour en continuant sur la crête au Sud jusqu'au col coté 2955 pour descendre à l'Est dans vallon suspendu, retrouver l'itinéraire de montée à partir de la vire au-dessus du lac Glacé (2620 mètres).

Le Petit Astazou que je voulais gravir le 27 août 2002 au retour du Grand Astazou, un orage de grésil ne me l'avait pas permis. Parti à 7 h. du barrage des Gloriettes, un vacher m'accompagnera jusqu'au pont d'Estaubé et à 10 h. 45 j'étais au refuge de la Brèche de Tuquerouye. Je foulais le sommet du Petit Astazou à 13 h. 55. En descendant par le col Sud je croisais 6 randonneurs espagnols et plus tard, près du lac des Gloriettes, un autre vacher du Gers qui cherchait sa mère qu'il avait laissé près du pont d'Estaubé en allant visiter ses 25 vaches. Je retrouvais la voiture à 18 h. 45 après 1600 mètres de dénivelé positif et autant de négatif. Une journée bien ensoleillée, avec un petit crachin dans la descente du couloir de Tuquerouye.

Carte IGN 1:25000 Gavarnie Luz-Saint-Sauveur Parc National des Pyrénées 1748 OT.

En remontant le gave d Estaubé, lever du jour sur les sommets du cirque d Estaubé  Le refuge de Tuquerouye en haut du couloir du même nom

De la Brèche de Tuquerouye, Monte Perdido et son glacier

Sommet du Petit Astazou  Du sommet du Petit Astazou, le Cilindro et le Monte Perdido

Du sommet du Petit Astazou 3012 m, les pics du Marboré et de la Cascade  Du sommet du Petit Astazou, le Taillon

Du sommet du Petit Astazou, le Vignemale  Du sommet du Petit Astazou, le Grand Astazou

Retour par le couloir de Tuquerouye qui domine la borne du même nom et la vallée d'Estaubé




Le Taillon

* 10 juillet 2010 depuis l'aire de stationnement du col de Tentes (2208 m.) en bordure de la route D 923 au Sud-Ouest de Gavarnie, en suivant au Sud-Ouest la route qui se termine au Port de Boucharo (2270 m.), pour ensuite continuer direction Est sur le sentier qui traverse presque horizontalement le flanc Nord du Taillon, pour remonter direction générale Nord-Est et traverser le torrent issu du glacier du Taillon, passer au col des Sarradets (2589 m.), au refuge des Sarradets ou de la Brèche de Roland (2587 m.), monter au Sud vers la Brèche pour ensuite prendre pied sur le glacier de la Brèche (2721 m.), le remonter pour franchir la Brèche de Roland (2807 m.) et suivre à l'Ouest la base des falaises Sud du versant espagnol pour passer à la Fausse Brèche (2909 m.), contourner le Doigt à droite par sa base Nord, et remonter Ouest-Nord-Ouest puis Ouest jusqu'au sommet du Taillon (3144 m.). Retour en descendant la crête Sud-Ouest pour dépasser la cote 3101 en continuant direction Sud puis en suivant la crête direction Est pour arriver au Sud et sous la Brèche de Roland (2743 m.) afin d'y monter (2807 m.) pour rejoindre l'itinéraire de montée, puis quitter cet itinéraire de montée avant d'arriver au col de Tentes en allant franchir la crête à l'Est de la cote 2246 pour passer au lac des Espécières (2195 m.) et enfin revenir au point de départ.

Randonnée effectuée, sur neige à partir de 2350 mètres jusqu'à 3000 mètres et avec les crampons à partir de 2590 mètres, par 21 membres de Pyrénées Team (Fred_le_Cathare, frédérique, ducleto, laurence, Pascale, elizabeth, jean, Z2A31, Solena, Valé31, ben031, fredarnaud, BellaNath, fenouil, Carine, NAULEKH, eyra, ors, lagrole, dinosaure et Robert, venus des départements 06, 11, 31, 33, 34, 40, 64, 65, 66, 81 et 87) avec un dénivelé positif d'environ 1100 mètres pour autant de négatif, par une journée chargée en nuages autour de nous mais avec le soleil presque toujours présent au-dessus de nous. Partis à 6 h35 nous passerons au col des Sarradets à 8 h05 pour le quitter à 8 h20, au refuge des Sarradets ou de la Brèche de Roland à 8 h25 pour le quitter après cramponnage à 8 h45, et après un arrêt de 30 minutes un peu après le passage de la Fausse Brèche, nous serons au sommet à 10 h20. Nous retrouverons tranquillement le point de départ dans l'après-midi après deux nouveaux arrêts restauration au refuge des Sarradets ou de la Brèche de Roland et au bord du lac des Espécières.

Carte IGN 1:25000 Gavarnie Luz-Saint-Sauveur Parc National des Pyrénées 1748 OT et Editorial Alpina 1:40000 Ordesa y Monte Perdido Parque Nacional.

Même si pour certains l'ascension du Taillon, par sa voie normale, est considérée comme l'ascension la plus facile d'un sommet de plus de 3000 mètres dans les Pyrénées, il ne faut pas la prendre à la légère. Le franchissement du torrent issu du glacier du Taillon malgré l'installation d'une chaîne peut s'avérer délicat, lorsqu'il y a de la neige à cause des ponts de neige qui peuvent céder et sans neige lorsqu'une pellicule de glace invisible à l'oeil recouvre la roche sous l'eau. Le premier ressaut au-dessus et au Sud-Ouest du refuge des Sarradets ou de la Brèche de Roland se remonte soit en suivant au Sud-Sud-Est la raide langue d'éboulis croulants à gauche de la pente souvent recouverte de neige soit en faisant un grand zigzag d'abord de gauche à droite sur cette pente souvent recouverte de neige. Le glacier de la Brèche peut, lors des années de faible enneigement ou en fin de saison septembre-octobre, être à vif. Lorsqu'on longe la base des falaises du versant Sud espagnol, à l'Ouest de la Brèche de Roland, faire attention aux stalactites et aux pierres qui peuvent se détacher au-dessus.

Lever de soleil sur la route du Port de Boucharo  Passage au-dessus du torrent issu du glacier du Taillon

Arrivée au col des Sarradets 2589 m  Du col des Sarradets 2589 m, on se dirige vers le refuge des Sarradets

Cramponnage près du refuge des Sarradets 2587 m  Remontée du névé sous le glacier, face à la Brèche de Roland

Au-dessus du glacier, la Brèche de Roland qui donne accès au versant espagnol  Arrivée près du Doigt et de la Fausse Brèche 2909 m

Progression vers le Taillon  Regard derrière vers la Fausse Brèche et la Pointe Bazillac

Le sommet du Taillon, qui était pris par les nuages, se dégage  Arrivée au sommet du Taillon 3144 m

L`équipe de Pyrénées Team au sommet du Taillon 3144 m  L`équipe de Pyrénées Team au sommet du Taillon 3144 m

Du sommet du Taillon 3144 m, les Gabiètous  Du sommet du Taillon 3144 m, le Vignemale

Du sommet du Taillon 3144 m, le Marboré  Descente par la crête Sud-Ouest du Taillon

La Brèche de Roland et le Casque tel un sous-marin émergeant dans une mer d`écume  Du refuge des Sarradets 2587 m, la Grande Cascade et le Marboré

Repassage avec prudence sur le torrent issu du glacier du Taillon  Retour vers le col de Tentes


 

Afficher la suite de cette page



Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement